ALGER – Les judokas algériens handisport, qualifiés aux Jeux Paralympiques de Rio en septembre prochain, seront appelés à prendre part à cinq tournois internationaux, pour préparer l’échéance paralympique, a-t-on appris lundi auprès de l’entraîneur national, Rezki Belkacem.

Il s’agit des Open de Heidelberg en Allemagne, suivi d’un stage (5-6 février), de Marseille et Laval en France (mai), Grand Prix de Birmingham en Angleterre (4 juin), et Vilnius en Lituanie (22 juillet).

« Ces meetings serviront de tests à nos judokas. Ils drainent généralement tous les judokas qualifiés aux Paralympiques. Ca permettra aux athlètes algériens de s’aguerrir et de rester compétitif. C’est également l’occasion au coach de les évaluer à chaque sortie et d’apporter les correctifs nécessaires », a déclaré à l’APS, Belkacem.

Pour l’instant, seul deux judokas ont réussi à se qualifier au rendez-vous de Rio-2016: Mouloud Noura (-60kg) et Mehdi  Meskine (-73kg), lesquels ont validé leurs billets, lors des Jeux Mondiaux-2015 de Séoul en Corée du Sud. Le premier avait décroché le titre suprême et le second à pris le bronze dans sa catégorie.

En revanche, Abdelaoui Cherine (-52kg) et Sid Ali Lamri (-66kg) espèrent une invitation (wild Card) du Comité Paralympique international (IPC), étant donné que les qualifications pour Rio sont clos pour la discipline de judo.

« Après notre absence à la dernière Coupe du monde d’Eger et l’impossibilité d’organiser un championnat d’Afrique qui soit qualificatif aux Paralympiques, la fédération algérienne handisport (FAH) a demandé à l’instance internationale d’octroyer à nos deux judokas ou à l’un d’entre eux, une invitation afin de pouvoir participer aux JP-2016 », a expliqué l’entraîneur national, ajoutant qu’il faut attendre le 25 janvier prochain pour connaître la réponse de l’instance internationale.

D’ici là, les athlètes continuent régulièrement à se préparer selon un programme arrêté par l’entraîneur national.

« En plus des séances d’entraînements au niveau de leur clubs (GS Pétrolier), les athlètes sont regroupés chaque mois à Souidania pendant dix jours pour un travail complémentaire qui est ponctué toujours par une évaluation physique et technique afin de voir leur progression », a précisé l’entraîneur national.

Pour sa part, l’athlète Mouloud Noura se trouve depuis le 1er janvier en Pologne pour un stage de longue durée, sous l’œil attentif d’un entraîneur polonais de judo pour valide. « C’est un stage qui se déroule à Wroclaw, un lieu familier pour Mouloud et les athlètes algériens. Il est bien pris en charge dans le club de cette ville. Il se prépare selon le programme qu’on lui a conçu. On est en contact régulier avec l’athlète et pour l’instant, il ne se plaint de rien », a expliqué l’entraîneur Rezki Belkacem.

Noura est soumis au même régime de travail que les autres athlètes valides. Il est également inscrit au programme de compétitions du club.

« A l’instar des autres judokas de la sélection nationale, Noura participera aux mêmes tournois internationaux, si on juge utile. Il subira à chaque fois des tests d’évaluation et on sera très exigeant », a-t-il affirmé.