ALGER – Le judo algérien a réalisé, durant l’année 2015, des résultats « corrects » et « prometteurs » notamment chez les jeunes catégories, a estimé jeudi à Alger le président de la Fédération algérienne de judo, Messaoud Mati, à l’occasion de l’Assemblée générale ordinaire (AGO).

« En 2015, le judo algérien a réalisé des résultats corrects et parfois très positifs comme ça a été le cas aux Jeux Africains de Brazzaville avec une moisson de sept médailles d’or, sans oublier la brillante participation de nos jeunes lors du championnat d’Afrique cadets-juniors en Egypte », s’est félicité le président de la FAJ dans son exposé au cours de l’AGO tenue à la salle de conférences de l’Office du complexe olympique Mohamed-Boudiaf d’Alger.

Les bilans moral et financier de l’exercice 2015 ont été unanimement approuvés par les 57 membres présents sur les 82 composant l’AG (quorum atteint).

L’aspect technique a suscité un large débat entre les membres en présence du représentant du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), Salah Boutagou.

« 2015 était une année préolympique et quatre de nos judokas (Bouyakoub, Zourdani, Tayeb et Benamadi), drivés par Yacine Sellini, sont en pole position en vue d’une qualification aux JO-2016. Nous allons mettre le paquet pour garantir la présence d’un maximum d’athlètes à Rio », a assuré Mati.

Intervenant sur ce point, Nacer Ouarab, qui siège à l’Union africaine de judo (UAJ), membre de droit de l’AG, a appelé la Fédération à « mettre tous les atouts de (son) côté » pour une représentation « honorable » au Brésil.

L’autre question traitée par l’AG était l’enrichissement du projet de statut des Ligues régionales de judo, initié par les membres eux-mêmes et qui sera identique aux missions des Ligues de wilaya.

Pour sa part, le président de la Ligue de la wilaya de Tizi Ouzou, Karim Debiane, a appelé au « retardement » de l’adoption du projet de statut pour permettre d’apporter des contributions à son enrichissement, citant à titre d’exemple l’article 8 relatif à la composante de l’Assemblée générale.

« Le projet prévoit deux représentants élus et mandatés par chaque Ligue de wilaya. Je souhaite que la représentation soit proportionnelle et pas figée. Le nombre de clubs affiliés doit être pris en compte », a-t-il préconisé.

Le principe de création de Ligues régionales a été validé « sous réserve d’enrichissement » qui se fera dans le cadre d’une commission officiellement installée.

Le plan d’action de l’année 2016 a été également approuvé par les membres de l’Assemblée générale, qui ont insisté sur la prise en charge des jeunes talents, « avenir de la discipline ».

Mati a ainsi défendu l’option de permettre aux judokas étrangers de participer au championnat d’Algérie, « ce qui contribuera à l’amélioration du niveau avec l’augmentation de la motivation et de la concurrence ».

A la fin des travaux, trois résolutions ont été votées par les membres et concernent la possibilité de participation des clubs aux Opens internationaux à leurs frais, la création d’un fonds de solidarité (un million de DA chaque année retiré de l’argent des sponsors pour venir en aide aux anciens judokas), et la réservation d’une partie de l’argent des cotisations (500.000 DA annuellement) aux Ligues visant la modernisation de leurs structures.